Ateliers Busch SA: Nous nous sommes bien relancés après le semi-confinement!

09/11/20208min
Capture-decran-2020-11-09-a-09.54.16-1280x518.png

Ateliers Busch SA, sis à Chevenez, a été créé en 1980.

Il s’agit de la plus grande usine du groupe allemand indépendant et familial Busch, fondé en 1963, présent dans 40 pays et numéro 2 mondial dans la conception et fabrication de pompes à vide et de systèmes de suppression.

Près de 140 métiers s’activent sur le site jurassien. Il abrite

une cinquantaine d’ingénieurs, 200 opérateurs usinant

et assemblant les pompes à vide, et 200 techniciens et cadres, mettant au point les procédés de production et les produits, dont 98% est destiné à l’exportation dans 60 pays (principalement Chine, Allemagne et Etats-Unis). La philosophie de l’entreprise assure une grande proximité avec ses clients ; une proximité rendue possible par le fait qu’à Chevenez, l’usine est autonome dans ses choix et ses moyens. « Par exemple, Il est possible à l’acheteur de découvrir le produit sur place, voir sur quoi il est monté et à quoi il sert, affirme le DRH, Frédéric Stoven. Du coup, il comprend bien mieux le besoin et achète mieux. »

Un mode de gestion agile, notamment sur le plan des

ressources humaines (renommées « richesses humaines »)

fait également partie intégrante de la philosophie d’Ateliers

Busch SA. Cette flexibilité et donc adaptabilité a notamment

permis, au début de la pandémie, de maintenir tous les

emplois malgré 110 employés placés en télétravail et 140

absents. Sans oublier que les pompes à vide sont absolument

indispensables en milieu médical, surtout dans les salles

dites « blanches » (salles d’opération p. ex.), ou elles tournent

sans interruption. Les respirateurs artificiels utilisés sur

des patients lourdement atteints par le virus SARS-coV-2,

fonctionnent également avec des pompes à vide. « Depuis

l’irruption de la pandémie, dont nous avons été informés par

nos collègues chinois au mois de janvier déjà (!), nous livrons

nos machines à des hôpitaux dans le monde entier, surtout

à des hôpitaux de campagne, précise le DRH. Le premier

hôpital auquel nous avons livré une pompe à vide au mois

de février était chinois. Dernièrement, nous avons livré 500

pompes à l’Inde ».

Ateliers Busch SA s’est bien relancé après le semiconfinement

du printemps. Même si l’entreprise ne s’est pas arrêtée de travailler, la pandémie lui a néanmoins fait « perdre du 

business ». Le nombre de commandes a chuté, entraînant avec lui le chiffre d’affaires. « Notre activité a légèrement baissé par rapport à ce qui était prévu, renseigne encore Frédéric Stoven. Nous n’avons donc pas directement profité de la crise covid, mais nous avons été plus fortement sollicités par les hôpitaux, les chaînes alimentaires et l’industrie pharmaceutique (emballages sous vide), ce qui nous a permis de nous rendre utiles dans la lutte contre la pandémie. »


WWW.BUSCHVACUUM.COM